La taupinière


Rabagliati à Québec

paulComme tous les fans le savaient (les autres aussi, puisque je l’ai annoncé ici précédemment), c’est jeudi que sortait le tant attendu Paul à Québec. Je profite de cette journée pascale pour vous faire une description de l’album à la couverture qui matche avec mon outfit du jour (ben quoi).

Michel Rabagliati nous avait averti: le sixième tome de sa populaire série allait être plus… tragique. Touchant aurait été le mot, mais ça fait un peu prétentieux, de la part d’un auteur, de dire « ah, vous allez voir, mon livre va vous toucher! ». Il aurait tout de même eu grandement raison. Cet épisode de la vie de Paul raconte, en toute finesse, la mort de son beau père. Impossible de ne pas reconnaître un peu de notre vécu à travers ce récit. Fidèle à lui-même, Rabagliati nous livre une histoire drôle et chaleureuse, même si les sujets premiers sont la maladie, les adieux puis la mort. Perso, je suis pas une fan d’auto-fiction en écriture, mais Rabagliati a un don de bien le rendre en bande dessinée. Un point négatif? Aucun. Dites que je suis vendue tant que vous voulez, je vous répondrai qu’on est des milliers de vendus à travers le monde, alors…

Habitants de Québec et des environs, que l’exposition L’univers de Paul et autres petites choses se tient  à la bibiolthèque Saint-Jean-Bâptiste jusqu’au 29 avril. Aussi, dans le cadre du Salon du livre de Québec, Michel Rabagliati participera à une table ronde intitulée Des souvenirs plus forts que tout? en compagnie de Jean-Claude Germain  et d’Arlette Cousture.  Ça, c’est samedi prochain, le 18 avril à 16 h, à la Scène des rendez-vous littéraires. Deux événements à éviter si vous voulez pas me voir!

Publicités


BD québécoise FTWD

Je sors moon porte-voix (en fait, c’est un cône de circulation que j’ai viré à l’envers) pour vous annoncer que chez Archambault, toute y a présentement 20 % de rabais sur les bande dessinées québécoises! Je me suis enfin pamavoisineenmaillot_020320061rée de deux Jimmy Beaulieu, soit Le moral des troupes (2004) et Ma voisine en maillot (2006). J’aime bien le souci du détail de fou malgré un trait d’apparence « brouillon », la simplicité et le côté un peu trash/absurde de l’auteur. Certains – mais surtout certaines – sont agressés par son habitude de mettre en scène des femmes nues et des lesbiennes qui forniquent pour aucune bonne raison. J’en conviens que ça peut être lassant à la longue, mais on s’y fait. À ce sujet, j’avais déjà publié un excellent pastiche parodique de Zviane! À celles que ça choque, je suggère de ne ne pas acheter Ma voisine en maillot, il vous fera pleurer. Pour les autres, je vous invite décidément à découvrir l’artist-aholic, directeur littéraire de la maison Mécanique générale.

Toujours bande dessinément parlant, Paul à Québec de l’ami Michel Rabagliati sera sur les tablettes le 9 avril. Ce Jeudi, les amis! Je vous en redonne des nouvelles, assurément. Je suis en feu avec mes billets « Littéraires » ces jours-ci. Y en aura sûrement des plus musicaux à venir, avec toutes ces prochaines sorties d’album qui me séduisent.