La taupinière


Les premières fois
octobre 22, 2009, 7:20
Filed under: Musique, Shows et événements | Étiquettes: , ,

Il fait terne, tout est morne, c’est froid. J’ai quitté mon appartement d’un pas lasse vendredi soir, direction Le Cercle, où j’allais enfin voir Navet confit pour la première fois. Les tropiques du cancer de Polipe réussiraient peut-être à me réchauffer en entrant au bar. Les mains, du moins.

Décidément, vive Québec pour ses lancements à retardement. J’aime avoir le temps d’explorer l’album avant de voir un spectacle. Enfin, je parle pour celui de Navet confit, dont j’ai fait la revue un peu plus tôt. Pour ce qui est de ses petits frères de Confiserie, j’en étais encore vierge comme une forêt. Entre les brindilles, une source anonyme révélait : « Pas de doute, Polipe joue de la musique de drogues. »

le-cercleJ’avais commencé à écrire cet article pour BanBang. Finalement, la portière n’avait pas mon nom sur sa guest list et j’ai détesté l’ambiance du Cercle. J’ai choisi de laisser faire, alors. Je n’ai pas grand chose à dire, sinon que Polipe m’a laissé de glace et que j’ai bien aimé Navet, mais ça, tout le monde s’en doutait.  La première partie semblait avoir amené ses troupes avec un (!) bus scolaire, ou quelque chose comme ça. Bref, la folie totale pour un band de hipsters déluré (ils le sont tous) dont le drummer ressemble beauoup trop à Candice, une ancienne collègue quarantenaire, pour que je puisse le prendre au sérieux. Au tour du « papire vampire » (c’est comment Le Cercle appelait le LP3 sur son site Web) et ses dauphins musiciens : pouf. Trois mecs ivres gesticulent devant la scène, mais autrement, personne ne semble se préoccuper de l’excellent spectacle. Dans un espace trop propre, ils se demandent qu’est-ce que ce gros bruit qui interferre leur tentatives de drague. Décevant.

On m’avait pourtant dit que Le Cercle, c’était comme un Téléphone rouge québécois. Le grand cousin douchebag du Téléphone, ouais. Bon, je lui laisserai encore une chance ou deux. En attendant, je reste bien frileuse.

Publicités


OFF @ Le cercle

off

J’ai pas le temps, mais maudit que je vais y aller: Jimmy Beaulieu, Luc Bossé (aussi connu sous le nom de BDdecuL), Pascal Girard, de la bière et plein d’autres trucs intéressants. Je sens que ça va me coûter chè.

Edit: Finalement, je suis arrivée sur le tard, pressée et ça m’a coûté que 18 $ (pas chè, pas chè) pour la magnifique oeuvre de Luc Bossé.  J’ignorais J’avais oublié que Zviane allait être au Québec pour l’événement et j’étais trop timide pour aller voir Jimmy… des plans pour qu’il me dessine tout nue un moment donné! Bref, c’est économique, être gênée ET désogarnisée. (Euh, les rimes, c’était pas voulu.)



The pink coat peg
mars 27, 2009, 5:56
Filed under: Musique | Étiquettes: , , ,

J’ai déjà parlé de mon love pour les jolies pochettes. Et qui peut me dire pourquoi diable je n’étais encore en possession d’aucun album étiquetté – on ne saura jamais vraiment pourquoi –  Sherbrooklyn? Peut-être parce que les autres en valent pas vraiment la peine, mais peu importe, j’ai craqué pour La patère rose. Je craignais que la voix de Fanny qui me rappelle celle de coeur de fuck pirate dans le single m’agresse.

petere1Premièrement j’ai été agréablement saisie d’entendre une reprise de Ti-Charles (Les deux bonnes soeurs). Sans rien réinveter, un son électro ça ravive ça, un vieux poème plate.  PaceMaker a beau être le hit, j’accroche moins, mais tout de même wow à « Il pleut de l’orangeade sur nos épaules ». Les paroles sont vraiment une force dans cet album qui est venu me chercher à bien des places. Les chansons de heartbreak sont pas trop cuculs (Duet tacet, Duchesse), celles de révolte, sublimes (Jessicok) et les plus coquines, pas inutilement vulgaires (Décapote, La marelle). Un 8.5/10 pour La patère, que j’ai manqué au Cercle hier soir. (Parlant d’inutilement vulgaire, j’attends l’appel de  mon copain pour savoir s’il accepte de m’accompagner à Payz Play ce soir. Pas facile, de sortir avec un Moldu*…)

* Gens pour qui la mode, le hip, la marge et l’émergence ne sont pas des priorités. Je n’aime pas ce bar, il n’y a que des Moldus là-bas. http://www.myspace.com/lapatererose