La taupinière


Possibilité de sporadisme
mai 9, 2009, 4:44
Filed under: Gastronomie | Étiquettes: , , , ,

Vous remarquez que mes billets se font de plus en plus espacés et malheureusement, il se peut que la tendance se maintienne. La cause: une demi-session überchargée, avec des cours, des projets perso, des heures de travail pour un festival. Mais je trouverai les moyens de sortir, dehors c’est beau ici, y a plein de pissenlits. Si ça se trouve, j’essaierai de faire concorder mon projet radio avec mon blogue. Pas original mais mieux que rien. À suivre.bob

Et comme un billet sans image n’est pas un billet, et comme je suis peut-être tombée dans une marmitte de vin rouge hier et que je rêve d’une poutine bien grasse qui absorberait mon mal de tête, je vous sors une antiquité. Mon chef cuisinier préféré, Bob le chef, qui est en accord avec mon opinion sur la poutine du Ashton. Question de redonner un minimum de crédibilité à La taupinière des pauvres.

Edit: À 12 h 08 La taupe a commandé une poutine au Pot-au-feu. Verdict: fait la job, sans plus. Sauce visqueuse. Faite pour être mangée passé 3 h am (lire quand les critères du jugement ont pris le bord depuis un bout).  Edit2: Trouvé un cheveu dedans.

Publicités


Arkton
avril 5, 2009, 8:08
Filed under: Gastronomie | Étiquettes: , , , ,

Comme je sais maintenant que mes parents me lisent (hi mom, hi dad), j’ai décidé d’introduire une nouvelle catégorie style quarantaine dans La taupinière: Bon manger.

122J’ouvre le bal avec un titre sensationnel qui fera frémir tous les gens de Québec et pire, je me permet immédiatement de détruire votre rêve: non, Ashton ne fait pas la meilleure poutine au monde.  À la longue, les Québécois m’ont convaicus de n’avoir qu’une idée en tête en déménageant ici: goûter cette mixture extasiante. Comble de déception, c’est des frites plutôt minces et du fromage trop égrainé qu’il y avait dans mon plat en aluminium à 3 heures du mat. Bref, loin d’être ce que j’appelle la Cadillac! Alors, elle est où la vraie meilleure poutine? (À noter que j’attends des noms de casse-croûtes insalubres, pas La banquise, s’il vous plaît. Si vous me dites Chez Charlie, par contre, je ne pourrai que sourire béatement.)

Au fait, j’ai rien à reprocher aux gens de Québec d’idolâtrer exagérément leurs fast-foods. Les Montréalais, eux, font ça avec tout…